Islam Religion Humanité.  Index du Forum Islam Religion Humanité.
L'enregistrement ne prend que quelques secondes. Copier/coller de ce lien : http://forumalgerie.xooit.com/profile.php?mode=register ou cliquez sur S'enregistrer ci-dessous.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

TUNISIE. Les Tunisiens face à leurs premières élections démocratiques

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Islam Religion Humanité. Index du Forum -> Bienvenue Islam Religion Humanité -> Administration. Reglement. -> -> -> > -> Le journal -> L'actualité Internationale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mont du desert
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2010
Messages: 5 084
Localisation: france
Masculin
Point(s): 2 111
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Dim 23 Oct - 21:18 (2011)    Sujet du message: TUNISIE. Les Tunisiens face à leurs premières élections démocratiques Répondre en citant

TUNISIE. Les Tunisiens face à leurs premières élections démocratiques


Publié le 22-10-11 à 22:33 Modifié le 23-10-11 à 21:59 par Sarah Diffalah        
Pour la première fois, ils votaient ce dimanche pour les premières élections libres de leur histoire. Un enjeu majeur pour la région. Par Sarah Diffalah.

Une Tunisienne vote à Marseille, le 20 octobre 2011 (AP Photo/Claude Paris)



C'était le jour J pour plus de sept millions de Tunisiens, le grand saut dans l'inconnu, une page blanche à remplir. Pour la première fois, ils ont voté ce dimanche 23 octobre pour les premières élections libres de leur histoire. Hommes et femmes de plusieurs générations vont se rendre dans les milliers de bureaux de vote ouverts partout en Tunisie. Objectif : faire place à une Assemblée constituante chargée de rédiger la nouvelle Constitution du nouvel Etat. Un enjeu majeur pour les Tunisiens mais aussi pour la région.
Dix mois après la chute de Ben Ali, aujourd'hui réfugié en Arabie Saoudite, trois jours après la mort brutale de Mouammar Kadhafi, exemple d'une révolte sanglante, la Tunisie porte le poids d’être un modèle à suivre. Pour le moment la transition, même émaillée de quelques troubles, s'est relativement bien passée. La campagne n'a pas été entachée d'incidents majeurs. Les Tunisiens de l'étranger ont eux voté dans l'effervescence d'un jour de fête les 20, 21, et 22 octobre.
> Elections tunisiennes, mode d’emploi et forces en présence
> Regardez la galerie photos des votes des Tunisiens de l'étranger
L'apprentissage des élections
Le mode de scrutin choisi, la proportionnelle au plus fort reste, va nécessairement entrainer un fort émiettement des voix. Les plus lésés seront inévitablement les listes indépendantes et les petits partis. Dans une interview au Nouvel Observateur, Najet Mizouni, tête de liste de "Tous ensemble pour la Tunisie" (France – 1 Nord), expliquait que sa campgane avait été très dure. "Les organisateurs ont agi à la hâte. Ils n'ont pas mesuré l'intérêt et la gravité du moment, ils n'ont pas mesuré non plus qu'ils s'adressent à des personnes qui n'ont jamais voté et cela risque d'avoir de graves conséquences sur l'issu du scrutin", expliquait-elle.
> Lire l’interview de Najet Mizouni
L'argent, aussi, pourrait jouer un rôle important lors de ce scrutin. Financement difficile, promesses improbables, risque d’achat des voix… malgré le plafonnement des sommes allouées à la campagne, des dérapages sont inévitables dans un pays qui découvre la démocratie.
> Lire le reportage de Christophe Boltanski "Quand l’argent s’invite dans la campagne".
Sentiment d'abandon
Les partis ont tout donné pour convaincre des électeurs déroutés face à la multiplicité des listes (plus de 1.500) dans un paysage politique remodelé. Le taux de participation est aussi très difficile à évaluer, surtout dans les régions reculées. Christophe Boltanski, journaliste au service étranger du "Nouvel Observateur", a passé une semaine à Gafsa, bassin minier où, en 2008, les prémices de la révolution tunisienne se sont produites. Il raconte (vidéo ci-dessous) ce qui se passe aujourd'hui, le sentiment d'abandon de la population... D'autant qu'aucun candidat ne s'est déplacé, seul le parti islamiste est sur le terrain. Beaucoup de gens rencontrés ont déclaré qu'ils n’iront pas voter.


Dans beaucoup de villes et villages, comme Gafsa, rien n'a changé et le chômage des jeunes diplômés, comme l'était le jeune Bouazizi, martyr devenu symbole de la révolution tunisienne, est toujours aussi dramatique.
> Lire le reportage de Christophe Boltanski "Le chaudron de Gafsa"

La crainte des salafistes
Face à la centaine de partis et à la multitude de listes, la campagne a surtout opposé les poids lourds. Le mouvement d'inspiration islamiste, Ennahda, banni sous le régime Ben Ali et revenu en force sur le devant de la scène, et les partis progressistes laïcs. Les premiers sont favoris dans les sondages et pourraient rafler une bonne partie des sièges de l'Assemblée constituante.
Si Ennahda, qui se dit modéré, sort de cette élection vainqueur, ce serait un changement dans la vie des Tunisiens qui ont connu, grâce à Bourguiba, une révolution des moeurs plus avancée que chez leurs voisins.
"Nous souhaitons la création d'un Etat civil, démocratique, d'un système politique solide et durable. L'islam est un héritage commun à tous les Tunisiens. Mais nous nous réclamons également de valeurs universelles. L'islam et la démocratie ne sont pas seulement compatibles, ils vont de pair. Nous voulons offrir un nouveau modèle au monde. Nous disons aux Occidentaux : cessez de considérer tout ce qui vient de l’islam comme du terrorisme. Et nous disons aux musulmans que l’Occident n’est pas leur ennemi', expliquait au Nouvel Observateur, le porte parole d’Ennahda, Sayid Ferjani.
> Lire l'interview de Sayid Ferjani
Cependant, cette crainte de voir l'islam prendre plus de place dans la vie tunisienne n'effraie pas une partie du peuple pour qui une démocratie doit nécessairement passer par la représentation de toutes les sensibilités.
Sarah Diffalah – Le Nouvel Observateur
_________________
LEVOCARNIL 100mg/ml sol buv : Traitement médical pour 1 garçon de 5 ans et sa soeur Kenza de 8 ans a Skikda. Ce médicament n'est pas distribué en Algérie (2010)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger Skype
Publicité






MessagePosté le: Dim 23 Oct - 21:18 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Islam Religion Humanité. Index du Forum -> Bienvenue Islam Religion Humanité -> Administration. Reglement. -> -> -> > -> Le journal -> L'actualité Internationale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template